architecte maison dplg 78 yvelines paris construire construction
PROJET DE RÉHABILITATION D'UNE MAISON RURALE
 
LIVET SUR AUTHOU
EURE (27)

Le site et le bati

Situé au bout d’un chemin goudronné, la propriété qui regroupe trois parcelles, s’inscrit sur le fl anc Nord d’une colline libre de forêt. Le chemin est le point bas entre deux collines, au milieu coule une rivière avec une retenue d’eau face au portail de la maison. Il s’agit d’un ensemble bâti constitué d’une maison principale destinée à l’habitation, de trois dépendances, un garage et deux granges qui servaient à entreposer du matériel agricole. Une autre construction située en haut de la parcelle était utilisée pour abriter les animaux. La construction qui intéresse le projet de réhabilitation est une longère construite à l’appui de la limite de propriété en bord de rue qui participe de l’ensemble bâti autour de la maison principal. Fermant une partie de la propriété sur rue, cette construction représente une limite forte en façade Nord.

livet-sur-authou

Elle s’élève sur un rez-de-chaussée construit sur terre plain coiffé par une couverture en ardoise. Deux lucarnes à foin animent la façade Sud.
La façade Nord est percée de petites ouvertures, conservées dans le projet de réhabilitation. En revanche la façade Sud s’ouvre entièrement sur le jardin, recevant quatre portes et plusieurs fenêtres. Il s’agit d’une construction traditionnelle à pans de bois et torchis entre colombage, le soubassement peu marqué est constitué de brique ou d’un mixte silex et pierre calcaire blanche. Les seuils de porte sont en brique ou en pierre. Le pignon Est est remarquable, un escalier extérieur dessert les combles, il est abrité par une avancée du toit à pan coupé.La toiture abrite des combles destinés à recevoir le foin. Elle offre une grande hauteur au faitage, la base du toit est soulignée par un coyau.

 

Les intentions du projet

Le projet consiste à aménager la grange dans le volume du bâti. La construction existante est libre de tous aménagements intérieurs hormis le rythme des fermes qui distribuent au rez-de-chaussée plusieurs espaces indépendants. L’intervention au rez-de-chaussée des façades consiste essentiellement à reprendre les pans de bois dégradés, à relever les soubassements par une maçonnerie de silex et pierre calcaire blanche ce qui nécessite de remonter les sablières. En façade Sud, les portes existantes sont conservées et reprises en porte fermière ou porte fenêtre. L’aménagement des combles pour accueillir des chambres oblige à des ouvertures dans la couverture. Les lucarnes existantes sont réhabilitées. Les châssis de toit utilisé sont des menuiseries métallique à profi lés T en acier de la marque Cast PMR intégré dans la couverture. La particularité de ces châssis est une parfaite intégration dans les bâtiments anciens et participent à la mise en valeur du patrimoine existant en reprenant les gabarits et l’aspect des châssis de toit des bâtiments anciens.

La façade Nord, reçoit deux lucarnes, identiques à celles de la façade Sud .La technique de réhabilitation utilise des matériaux compatibles avec ce type de construction. Le sol est constitué d’un hérisson de pierre ventilé par un drain recouvert d’une dalle de mortier de chaux. Ce principe favorise la ventilation du sol et les remontées capillaires dans les soubassements. Au rez-de-chaussée, les murs de façade sont doublés à l’intérieur par des briques de chanvre enduit à la chaux. En façade un mortier de chaux et chanvre est posé entre les colombages, l’enduit de fi nition est un mortier de chaux. La couverture en ardoise est reprise en ardoise.