architecte maison dplg 78 yvelines paris construire construction
PROJET DE RÉHABILITATION D'UNE GRANGE
 
Rénovation d'une maison normande ancienne de type longère dans le cadre de travaux de restauration conduits par Michel Laurens Architecte DPLG
VRAIVILLE
EURE (27)

Le site et le bati

Il s’agit d’une maison rurale à l’architecture remarquable des maisons à colombage. Construite sur une parcelle recevant différents bâtiments : grange accolée à une écurie, porcherie et étable.
La maison reçoit trois pièces en rez-de-chaussée, elle est coiffée par les combles libres et non clos en pignon Nord Ouest.
La construction est marquée par plusieurs interventions qui ont modifié le style architectural des maisons à colombage notamment par l’apport de matériaux contraire à l’architecture et la conservation de ces édifices. La maçonnerie de briques a remplacé des parties importantes des soubassements et des murs en élévation de façade. Des enduits de mortier de ciment recouvrent des parties de soubassement ou d’entre colombage.

La maçonnerie des soubassements est hétéroclite, il s’agit d’un mixte entre maçonnerie de brique (réparation) terre et silex ou moellon de pierre blanche. Chaque poteau en bois est repris par un socle de moellons ou de pierre monolithique.
La charpente est constituée de six fermes dont certains arbalétriers sont d’origine d’autres sont rapportés. La qualité des bois de charpente et de colombage est variable selon leur emplacement et l’exposition aux intempéries.
La couverture est en tuile plate de terre cuite.
Le projet consiste à réhabiliter l’ensemble des éléments dégradés : reprise des bois de charpente et de colombage, dépose des maçonneries de brique et création de colombage.

Les soubassements sont déposés et repris par un appareillage de silex et moellon de pierre blanche hourdé à la chaux.
La création d’une pièce supplémentaire en rez-de-chaussée s’inscrit dans le volume existant de la maison. Les façades Sud et Nord reprennent le dessin du colombage de l’existant.
Les combles sont aménagés et deux lucarnes apportent la lumière du Sud dans les chambres. La charpente du pignon Nord Ouest est déposé est repris à l’identique et comblé en enduit de chanvre et chaux, une fenêtre laisse pénétrer la lumière dans la chambre et ouvre vers le paysage lointain.
L’ensemble des prestations techniques de réhabilitation répondent à une exigence de respect de la construction ancienne en reprenant les techniques anciennes du torchis pour la reprise de l’entre colombage, en utilisant des modules d’isolation en brique de chanvre à l’intérieur. Le sol est redressé et Une dalle en mortier de chaux avec installation d’un plancher chauffant redresse le sol du rez-de-chaussée après dépose de dalle en mortier de ciment existante.
Les combles sont isolés en laine de chanvre.
L’installation d’un local technique dans la grange nécessite la création d’un passage entre la maison et la grange. Ce denier est réalisé en colombage coiffé d’un toit à deux pentes recevant des tuiles plates de terre cuite.
Le système de chauffage retenu est la géothermie par la pose de capteur en nappe horizontale dans le sol.
L’assainissement pour le traitement des eaux usées et des eaux vannes de la maison est à créer. La solution retenue est la phytoépuration.

Photos avant et après les travaux

Restauration d'une maison de type longère normande ancienne à Vraiville dans l'Eure (27)

Plan de masse

Projet de réhabilitation d'une maison normande dans le cadre d'une restauration de maison ancienne en Normandie

Projet de réhabilitation d'une grange
Les étiquettes

  • rénovation
  • maison normande
  • ancienne
  • longère
  • restauration
  • architecte
  • travaux